Imprimer + -
Accueil > Systèmes et composants > Modules photovoltaïques

Modules photovoltaïques


Sommaire :

Les modules photovoltaïques ont pour rôle de convertir l’énergie solaire incidente en électricité. Quand elles reçoivent une certaine quantité de lumière, les surfaces photovoltaïques (cellules ou films minces) intégrées dans un module (appelé aussi capteur ou panneau) se mettent à produire de l’électricité sous forme de courant continu. Pour ce faire, les technologies usitées sont diverses et en évolution rapide. Depuis quelques années, la percée des applications en intégration aux bâtiments fait en plus assumer aux modules photovoltaïques des fonctions architecturales en tant que couverture, brise-soleil, allège, bardage ou verrière…

Très fragiles à l’état brut, les matériaux photovoltaïques doivent être protégés des intempéries, ce qui est en général réalisé par un verre transparent et solide qui constitue la partie supérieure d’un sandwich étudié pour résister aux agressions de l’environnement pendant plusieurs décennies.

La face arrière du sandwich peut être constituée d’un polymère durci spécialement conçu ou d’une deuxième couche de verre autorisant alors une semi-transparence de l’ensemble.

Les modules les plus courants aujourd’hui sont des panneaux rectangulaires rigides d’une surface comprise entre 0,5 et 3 m2, de quelques centimètres d’épaisseur et pesant une petite dizaine de kilogrammes.

Dans cette rubrique vous trouverez des informations sur les aspects techniques de mise en oeuvre et normatifs propres aux modules photovoltaïques.

Pose des modules sur bacs plastiques lestés - JPEG - 121.9 ko
Pose des modules sur bacs plastiques lestés
Crédit photo : Association Soleil Marguerite

Durée de vie des modules photovoltaïques

Soumis aux rayonnements du Soleil (ultra-violets, infrarouge…) et aux intempéries, les matériaux des panneaux solaires se dégradent peu à peu.

Les modules de la première installation photovoltaïque de France raccordée au réseau, mise en service par l’association HESPUL en 1992, ont été testés en 2012. Cette étude, réalisée par les laboratoires CEA de l’Institut National de l’Energie Solaire (INES) et l’organisme de certification CERTISOLIS, conclut que les modules n’ont perdu que 8,3 % de leur puissance initiale au bout de 20 ans d’utilisation (télécharger le communiqué de presse)

Actuellement, les principaux fabricants garantissent une baisse de puissance maximale de l’ordre de 20 % sur 20 ou 25 ans. Le résultat de cette étude montre que les performances de ces modules sont bien supérieures aux valeurs garanties.

Dernière mise à jour : 15 décembre 2015
design by griffin