Photovoltaique.com
Photovoltaique.com
Consentement d'utilisation des Cookies

Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. J'accepte

Autoconsommation individuelle

Définition et périmètre de l'autoconsommation individuelle

Consommer tout ou partie de sa production

AutoconsommationPartielleAutoconsommation partielle avec injection du surplus

L'autoconsommation individuelle consiste à consommer tout ou partie de sa production. L'installation photovoltaïque est ainsi raccordée directement sur l'installation électrique intérieure.

Ce modèle existe en France depuis le développement du photovoltaïque. Initialement limité aux installations en site isolé, il s'est ensuite appliqué aux installations raccordées au réseau dans les années 90 pour lesquelles il n'existait pas de tarifs d'achat. Le compteur était alors électromécanique : il tournait à l'envers en cas de production. Dans les années 2000, l'instauration de l'obligation d'achat a ouvert la possibilité de la vente totale ou de la vente du surplus de la production à un tarif d'achat fixé par l'État. Le compteur compte désormais dans les deux sens (consommation et production) : l'autoconsommation doit être instantanée.

Le code de l'énergie contient à ce jour un article définissant l'autoconsommation individuelle, l'article L315-1 :

Une opération d'autoconsommation individuelle est le fait pour un producteur, dit autoproducteur, de consommer lui-même et sur un même site tout ou partie de l'électricité produite par son installation. La part de l'électricité produite qui est consommée l'est soit instantanément, soit après une période de stockage.

Cet article est issu de l'ordonnance n° 2016-1019 du 27 juillet 2016 prise en exécution du 3ième de l'article 119 de la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte et ratifiée par la loi n°2017-227 du 24 février et cité par le décret d'application n°2017-676 du 28 avril 2017, publié le 30 avril 2017.

Modalités d'exonération des taxes et du TURPE

Le consommateur paie un certain nombre de taxes avec sa facture d'électricité dont :

  • la CSPE : Contribution au Service Public d'Electricité CSPE, aussi appelée Taxe Intérieure sur la Consommation Finale d'Electricité (TICFE),
  • la TCFE : Taxe sur la Consommation Finale d'Electricité. Elle est la somme des taxes locales sur la consommation d'électricité à savoir la Taxe Communale sur la Consommation Finale d'Electricité (TCCFE) et la Taxe Départementale sur la Consommation Finale d'Electricité (TDCFE).

Ces taxes sont assises sur l'électricité consommée.

Par ailleurs, le consommateur, dans sa facture, contribue au financement des réseaux électriques via le Tarif d'Utilisation du Réseau Public d'Electricité (TURPE) . Le TURPE est composé :

  •      d'une part fixe, assise sur la puissance souscrite (puissance d'abonnement)
  •     d'une part variable, assise sur l'électricité soutirée du réseau.

Conditions d'application aux opérations avec tiers investisseur

AutoconsoTiersInvestisseurs.jpg

La présence d'un tiers investisseur dans une opération d'autoconsommation individuelle questionne, notamment sur les exonérations de taxes et sur les possibilités de raccordement (deux entités juridiques différentes pour un même point de livraison, configuration à ce jour refusée par Enedis pour les installations inférieures ou égales à 36 kVA).

Des clarifications sont attendues en 2019, comme annoncées par le gouvernement dans le plan "Place au soleil".

Pour comprendre les différences entre autoconsommation individuelle avec tiers investisseur et autoconsommation collective, vous pouvez visionner les présentations d'Hespul lors du petit-déjeuner professionnel du 28 juin 2018 .

INJECTER LE surplus

Le surplus est injecté sur le réseau public. Il peut être :

  • vendu ou
  • cédé sans rémunération au gestionnaire de réseau (seulement pour les installations de puissance ≤ 3 kVA, comme précisé dans le code de l'énergie).

Les informations sur ces pages "autoconsommation individuelle"  s'appliquent aussi bien aux ventes du surplus qu'aux cessions.

 

Dernière Mise à jour : 05/08/2019
Article suivant Modalités d'exonération des taxes et du TURPE

Exonération de la CSPE et de la TCFE pour les petits producteurs en autoconsommation individuelle

Est exonérée de CSPE et de TCFE :

  • l’électricité produite par les producteurs en autoconsommation totale sous réserve que la production annuelle soit inférieure à 240GWh,
  • l’électricité autoconsommée sur site par les producteurs en autoconsommation partielle sous réserve que l’installation photovoltaïque soit de puissance inférieure à 1MWc.

La loi n'impose pas que le consommateur de l'électricité autoconsommée soit le propriétaire de l'installation. Autrement dit, l'exonération de CSPE et de TCFE reste valable, y compris pour des installations exploitées par des tiers investisseurs et moyennant un loyer pour les propriétaires des surfaces.

  • Textes de Loi

    1. Il est institué une taxe intérieure sur la consommation finale d'électricité relevant du code NC 2716 de la nomenclature douanière, fournie ou consommée quelle que soit la puissance souscrite, et qui est dénommée " contribution au service public de l'électricité ".

    [...]

    5. L'électricité est  exonérée de la taxe mentionnée au 1  lorsqu'elle est :

    [...]

    4° Produite par de petits producteurs d’électricité qui la consomment intégralement pour les besoins de leur activité. Sont considérées comme petits producteurs d’électricité les personnes qui exploitent des installations de production d’électricité dont la production annuelle n’excède pas 240 millions de kilowattheures par site de production. Cette disposition s’applique également à la part, consommée sur le site, de l’électricité produite par les producteurs d’électricité pour lesquels la puissance de production installée sur le site est inférieure à 1 000 kilowatts. Pour les installations de production d’électricité utilisant l’énergie solaire photovoltaïque, la puissance installée s’entend de la puissance crête installée ;

    • La circulaire du 5 juillet 2019 relative à la Taxe Intérieure sur la Consommation Finale d'Electricité (CSPE)  précise l'article 266 quinquies C du code des douanes et rend possible l'exonération de CSPE en cas de tiers investissement :

    [18] Sont considérées comme « petits producteurs d’électricité » les personnes qui remplissent les deux conditions cumulatives suivantes : – exploiter des installations de production d’électricité dont la production annuelle n’excède pas 240 millions de kilowattheures par site de production ; – depuis le 1er janvier 2018, consommer elles-mêmes l’intégralité de leur production d’électricité. La loi n’impose pas que l’exploitant soit le propriétaire de l’installation. Dès lors, la circonstance qu’il dispose de l’installation au moyen d’une location ou d’un contrat de crédit de bail n’est pas de nature à faire perdre le bénéfice de la dispense.

    [19] Sont également considérées comme « petits producteurs » d’électricité, depuis le 1er avril 2017, les personnes qui exploitent un site sur lequel la puissance de production installée est inférieure à 1000 kilowatts. La loi n’impose pas que l’exploitant soit le propriétaire de l’installation. Dès lors, la circonstance que l’exploitant dispose de l’installation au moyen d’une location ou d’un contrat de crédit de bail n’est pas de nature à faire perdre le bénéfice de la dispense. Contrairement au cas décrit au paragraphe [18], il n’est pas nécessaire que toute l’électricité produite soit consommée par le producteur. Lorsque tel n’est pas le cas, l’électricité livrée à un tiers est soit hors champ de la TICFE, lorsque le tiers n’est pas un consommateur final, soit soumise au tarif applicable sans bénéfice du régime de dispense de taxe des petits producteurs, lorsque le tiers est un consommateur final.

    I. - Il est institué, au profit des départements et de la métropole de Lyon, une taxe départementale sur la consommation finale d'électricité relevant du code NC 2716 de la nomenclature douanière.

    [...]

    V.-L’électricité est exonérée de la taxe mentionnée au I lorsqu’elle est :

    [...]

    4° Produite et utilisée dans les conditions prévues au 4° du 5 de l’article 266 quinquies C du code des douanes.

    • Les Articles L2333-2 et L2333-3 du code des collectivités territoriales précise les modalités d'exonération de la TCCFE :

    Article L2333-2 du code des collectivités territoriales :

    Il est institué, au profit des communes ou, selon le cas, au profit des établissements publics de coopération intercommunale ou des départements qui leur sont substitués au titre de leur compétence d'autorité organisatrice de la distribution publique d'électricité visée à l'article L. 2224-31, une taxe communale sur la consommation finale d'électricité, relevant du code NC 2716 de la nomenclature douanière.

    Article L2333-2 du code des collectivités territoriales :

    La taxe mentionnée à l'article L. 2333-2 s'applique dans les mêmes conditions que celles mentionnées à l'article L. 3333-2.

Exonération partielle du TURPE

Pas de facturation de la part variable

La part variable du TURPE s'applique sur l'électricité soutirée du réseau public. Or, l'électricité autoconsommée ne transite pas par le réseau public. Il n'y a donc pas de facturation sur les kWh autoconsommés.

A ce jour, il n'existe pas de grille tarifaire du TURPE variable dédiée aux autoproducteurs.

Mutualisation totale des frais fixes de comptage

Le dispositif de comptage étant commun à la consommation et à la production, les frais sont totalement mutualisés (pas de surcoût lié à l'autoconsommation).

Mutualisation partielle des frais fixes de gestion

Les frais de gestion sont partiellement mutualisés dans la mesure où à ce jour, il y a deux contrats (l'un pour la consommation, l'autre pour la production) et que le gestionnaire de réseau doit affecter les deux types de flux d'électricité à des opérateurs différents (les kWh soutirés au fournisseur ; les kWh injectés, le cas échéant, à l'acheteur).

 

Dernière Mise à jour : 05/08/2019
Article précédent Définition et périmètre de l'autoconsommation individuelle
Article suivant Conditions d'application aux opérations avec tiers investisseur
Dernière Mise à jour : 05/08/2019
Article précédent Modalités d'exonération des taxes et du TURPE

Autoconsommation individuelle

Définition et périmètre de l'autoconsommation individuelle

Consommer tout ou partie de sa production

AutoconsommationPartielleAutoconsommation partielle avec injection du surplus

L'autoconsommation individuelle consiste à consommer tout ou partie de sa production. L'installation photovoltaïque est ainsi raccordée directement sur l'installation électrique intérieure.

Ce modèle existe en France depuis le développement du photovoltaïque. Initialement limité aux installations en site isolé, il s'est ensuite appliqué aux installations raccordées au réseau dans les années 90 pour lesquelles il n'existait pas de tarifs d'achat. Le compteur était alors électromécanique : il tournait à l'envers en cas de production. Dans les années 2000, l'instauration de l'obligation d'achat a ouvert la possibilité de la vente totale ou de la vente du surplus de la production à un tarif d'achat fixé par l'État. Le compteur compte désormais dans les deux sens (consommation et production) : l'autoconsommation doit être instantanée.

Le code de l'énergie contient à ce jour un article définissant l'autoconsommation individuelle, l'article L315-1 :

Une opération d'autoconsommation individuelle est le fait pour un producteur, dit autoproducteur, de consommer lui-même et sur un même site tout ou partie de l'électricité produite par son installation. La part de l'électricité produite qui est consommée l'est soit instantanément, soit après une période de stockage.

Cet article est issu de l'ordonnance n° 2016-1019 du 27 juillet 2016 prise en exécution du 3ième de l'article 119 de la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte et ratifiée par la loi n°2017-227 du 24 février et cité par le décret d'application n°2017-676 du 28 avril 2017, publié le 30 avril 2017.

INJECTER LE surplus

Le surplus est injecté sur le réseau public. Il peut être :

  • vendu ou
  • cédé sans rémunération au gestionnaire de réseau (seulement pour les installations de puissance ≤ 3 kVA, comme précisé dans le code de l'énergie).

Les informations sur ces pages "autoconsommation individuelle"  s'appliquent aussi bien aux ventes du surplus qu'aux cessions.

 

Modalités d'exonération des taxes et du TURPE

Le consommateur paie un certain nombre de taxes avec sa facture d'électricité dont :

  • la CSPE : Contribution au Service Public d'Electricité CSPE, aussi appelée Taxe Intérieure sur la Consommation Finale d'Electricité (TICFE),
  • la TCFE : Taxe sur la Consommation Finale d'Electricité. Elle est la somme des taxes locales sur la consommation d'électricité à savoir la Taxe Communale sur la Consommation Finale d'Electricité (TCCFE) et la Taxe Départementale sur la Consommation Finale d'Electricité (TDCFE).

Ces taxes sont assises sur l'électricité consommée.

Par ailleurs, le consommateur, dans sa facture, contribue au financement des réseaux électriques via le Tarif d'Utilisation du Réseau Public d'Electricité (TURPE) . Le TURPE est composé :

  •      d'une part fixe, assise sur la puissance souscrite (puissance d'abonnement)
  •     d'une part variable, assise sur l'électricité soutirée du réseau.

Exonération de la CSPE et de la TCFE pour les petits producteurs en autoconsommation individuelle

Est exonérée de CSPE et de TCFE :

  • l’électricité produite par les producteurs en autoconsommation totale sous réserve que la production annuelle soit inférieure à 240GWh,
  • l’électricité autoconsommée sur site par les producteurs en autoconsommation partielle sous réserve que l’installation photovoltaïque soit de puissance inférieure à 1MWc.

La loi n'impose pas que le consommateur de l'électricité autoconsommée soit le propriétaire de l'installation. Autrement dit, l'exonération de CSPE et de TCFE reste valable, y compris pour des installations exploitées par des tiers investisseurs et moyennant un loyer pour les propriétaires des surfaces.

  • Textes de Loi

    1. Il est institué une taxe intérieure sur la consommation finale d'électricité relevant du code NC 2716 de la nomenclature douanière, fournie ou consommée quelle que soit la puissance souscrite, et qui est dénommée " contribution au service public de l'électricité ".

    [...]

    5. L'électricité est  exonérée de la taxe mentionnée au 1  lorsqu'elle est :

    [...]

    4° Produite par de petits producteurs d’électricité qui la consomment intégralement pour les besoins de leur activité. Sont considérées comme petits producteurs d’électricité les personnes qui exploitent des installations de production d’électricité dont la production annuelle n’excède pas 240 millions de kilowattheures par site de production. Cette disposition s’applique également à la part, consommée sur le site, de l’électricité produite par les producteurs d’électricité pour lesquels la puissance de production installée sur le site est inférieure à 1 000 kilowatts. Pour les installations de production d’électricité utilisant l’énergie solaire photovoltaïque, la puissance installée s’entend de la puissance crête installée ;

    • La circulaire du 5 juillet 2019 relative à la Taxe Intérieure sur la Consommation Finale d'Electricité (CSPE)  précise l'article 266 quinquies C du code des douanes et rend possible l'exonération de CSPE en cas de tiers investissement :

    [18] Sont considérées comme « petits producteurs d’électricité » les personnes qui remplissent les deux conditions cumulatives suivantes : – exploiter des installations de production d’électricité dont la production annuelle n’excède pas 240 millions de kilowattheures par site de production ; – depuis le 1er janvier 2018, consommer elles-mêmes l’intégralité de leur production d’électricité. La loi n’impose pas que l’exploitant soit le propriétaire de l’installation. Dès lors, la circonstance qu’il dispose de l’installation au moyen d’une location ou d’un contrat de crédit de bail n’est pas de nature à faire perdre le bénéfice de la dispense.

    [19] Sont également considérées comme « petits producteurs » d’électricité, depuis le 1er avril 2017, les personnes qui exploitent un site sur lequel la puissance de production installée est inférieure à 1000 kilowatts. La loi n’impose pas que l’exploitant soit le propriétaire de l’installation. Dès lors, la circonstance que l’exploitant dispose de l’installation au moyen d’une location ou d’un contrat de crédit de bail n’est pas de nature à faire perdre le bénéfice de la dispense. Contrairement au cas décrit au paragraphe [18], il n’est pas nécessaire que toute l’électricité produite soit consommée par le producteur. Lorsque tel n’est pas le cas, l’électricité livrée à un tiers est soit hors champ de la TICFE, lorsque le tiers n’est pas un consommateur final, soit soumise au tarif applicable sans bénéfice du régime de dispense de taxe des petits producteurs, lorsque le tiers est un consommateur final.

    I. - Il est institué, au profit des départements et de la métropole de Lyon, une taxe départementale sur la consommation finale d'électricité relevant du code NC 2716 de la nomenclature douanière.

    [...]

    V.-L’électricité est exonérée de la taxe mentionnée au I lorsqu’elle est :

    [...]

    4° Produite et utilisée dans les conditions prévues au 4° du 5 de l’article 266 quinquies C du code des douanes.

    • Les Articles L2333-2 et L2333-3 du code des collectivités territoriales précise les modalités d'exonération de la TCCFE :

    Article L2333-2 du code des collectivités territoriales :

    Il est institué, au profit des communes ou, selon le cas, au profit des établissements publics de coopération intercommunale ou des départements qui leur sont substitués au titre de leur compétence d'autorité organisatrice de la distribution publique d'électricité visée à l'article L. 2224-31, une taxe communale sur la consommation finale d'électricité, relevant du code NC 2716 de la nomenclature douanière.

    Article L2333-2 du code des collectivités territoriales :

    La taxe mentionnée à l'article L. 2333-2 s'applique dans les mêmes conditions que celles mentionnées à l'article L. 3333-2.

Exonération partielle du TURPE

Pas de facturation de la part variable

La part variable du TURPE s'applique sur l'électricité soutirée du réseau public. Or, l'électricité autoconsommée ne transite pas par le réseau public. Il n'y a donc pas de facturation sur les kWh autoconsommés.

A ce jour, il n'existe pas de grille tarifaire du TURPE variable dédiée aux autoproducteurs.

Mutualisation totale des frais fixes de comptage

Le dispositif de comptage étant commun à la consommation et à la production, les frais sont totalement mutualisés (pas de surcoût lié à l'autoconsommation).

Mutualisation partielle des frais fixes de gestion

Les frais de gestion sont partiellement mutualisés dans la mesure où à ce jour, il y a deux contrats (l'un pour la consommation, l'autre pour la production) et que le gestionnaire de réseau doit affecter les deux types de flux d'électricité à des opérateurs différents (les kWh soutirés au fournisseur ; les kWh injectés, le cas échéant, à l'acheteur).

 

Article précédent Définition et périmètre de l'autoconsommation individuelle
Article suivant Conditions d'application aux opérations avec tiers investisseur

Conditions d'application aux opérations avec tiers investisseur

AutoconsoTiersInvestisseurs.jpg

La présence d'un tiers investisseur dans une opération d'autoconsommation individuelle questionne, notamment sur les exonérations de taxes et sur les possibilités de raccordement (deux entités juridiques différentes pour un même point de livraison, configuration à ce jour refusée par Enedis pour les installations inférieures ou égales à 36 kVA).

Des clarifications sont attendues en 2019, comme annoncées par le gouvernement dans le plan "Place au soleil".

Pour comprendre les différences entre autoconsommation individuelle avec tiers investisseur et autoconsommation collective, vous pouvez visionner les présentations d'Hespul lors du petit-déjeuner professionnel du 28 juin 2018 .

Article précédent Modalités d'exonération des taxes et du TURPE
Dernière Mise à jour : 05/08/2019

Publications


A voir également

Chapitre | Tarifs d'achat et autoconsommation
Coûts d'accès au réseau : TURPE
Chapitre | Préparer un projet
Tiers investisseurs