Photovoltaique.info
Photovoltaique.info
Consentement d'utilisation des Cookies

Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. J'accepte

Coûts de raccordement au réseau

Estimation des coûts de raccordement

Ordres de grandeur des Coûts de raccordement au réseau

Le coût de raccordement est très variable en fonction de l'emplacement et de la puissance des projets photovoltaïques. Pour les projets qui se réalisent, il est généralement compris entre 0 et 25 % de l'investissement total avec une moyenne aux alentours de 10 %. Les projets dont le coût de raccordement dépasse 25 % sont le plus souvent abandonnés.

Les devis de raccordement séparent les coûts liés au branchement de ceux liés à l'extension du réseau :

  • Le branchement est la liaison entre l'installation électrique du producteur et le réseau public de distribution d'électricité. Le coût payé par le producteur est généralement inférieur à 1 200 €HT, frais de matériel et de main-d'oeuvre compris (voir barème Enedis section 8.1.5.1). En dehors du cas de l'autoconsommation, pour lequel un branchement existant peut être utilisé, cet élément est toujours présent sur les devis.
  • L'extension du réseau n'est pas toujours incluse dans le devis, elle l'est lorsque l'étude de raccordement identifie une contrainte engendrée par l'installation photovoltaïque sur le réseau. Des travaux supplémentaires, que l'on nomme extension, sont alors nécessaires pour la lever. Une partie des coûts de ces travaux peut être facturée au producteur, ils peuvent s'avérer significatifs pour le porteur de projet.

A titre d'exemples, l'association Centrales Villageoises met à disposition les coûts de raccordement pour ses installations qui sont majoritairement localisées en milieu rural. Ils sont disponibles en section 7 de la rubrique "Chiffres clés" du site de l'association.

Ordre de grandeur de coûts selon les domaines de tension et la nature des travaux (après réfaction)

Tension de livraison Type de travaux Configuration simple Configuration complexe et/ou contrainte sur le réseau
<18 kVA (Basse Tension) Branchement 0 (vente du surplus) à environ 1 400 €TTC (vente de la totalité en branchement "pur") Même en configuration complexe, lorsqu'un branchement est nécessaire, le coût de cet élément reste aux alentours de 1 400 €TTC.
<18 kVA (Basse Tension) Extension 0 € (ils sont pris en charge par Enedis) Les coûts à la charge de l'usager peuvent devenir significatifs lorsque l'installation est localisée à plus de 250 m du poste HTA/BT (transformateur public) le plus proche, ou lorsqu'il n'y a pas de réseau existant.

18 kVA< Puissance <250 kVA (Basse tension) et

Puissance >250 kVA (Moyenne tension)

Branchement et extension ou

Ouvrages Propres

Il est difficile d'évaluer le coût de raccordement car il est possible, en fonction des cas de figure, que des travaux d'extension de réseau soient à prévoir. Par conséquent, les travaux peuvent être plus importants, engendrant un prix parfois déterminant pour la réalisation du projet. Deux outils sont mis à disposition pour évaluer les niveaux de contraintes ou les capacités d'accueil : Tester mon raccordement en ligne et Capareseau.

Installations ≤ 250 kVA

Les coûts de raccordement peuvent difficilement être estimés, y compris pour les projets photovoltaïques de puissance inférieure à 250 kVA. Quelques règles permettent toutefois de diminuer la zone d'incertitude. A noter que dans tous les cas, seule l'étude de raccordement de votre gestionnaire de réseau peut vous fournir un coût ferme.

  1. Lorsque la demande de raccordement est inférieure ou égale à 18 kVA. Le coût de raccordement est compris entre 0 (autoconsommation) et 1 400 €TTC (vente totale) si les conditions ci-dessous sont respectées :
    • Un réseau électrique basse tension existe à proximité : le bâtiment est déjà raccordé au réseau, ou adjacent à une rue qui est alimentée en électricité.
    • L'entité titulaire du contrat de soutirage est la même que celle réalisant la demande de raccordement producteur.
    • Le point de raccordement est distant de moins de 250 m du poste de transformation HTA-BT le plus proche en linéaire réseau. Pour les utilisateurs localisés sur le périmètre d'enedis, la carte des réseaux électriques est disponible sur l'open data.
  2. Lorsque la demande de raccordement ne respecte pas les conditions ci-dessus, le coût de raccordement est plus difficile à estimer.  Les utilisateurs peuvent toutefois diminuer l'incertitude en utilisant le "Simulateur de raccordement" décrit plus bas dans cette page.

Comprendre son devis

Solution technique proposée : Votre gestionnaire de réseau doit vous proposer une offre de raccordement répondant aux critères de l'Offre de Raccordement de Référence (ORR). Pour cela, il réalise une étude électrique permettant de déterminer si la nouvelle installation engendre ou non une contrainte sur le réseau. Si tel est le cas, il indique également les travaux nécessaires pour la lever.

Périmètre de facturation : L'utilisateur ne paie pas la totalité du coût des travaux de raccordement, une partie de ceux-ci sont du ressort du gestionnaire de réseau. Plus d'informations sur ce périmètre sont disponibles plus bas dans cette page.

Coûts unitaires des travaux (coût d'un branchement, d'un mètre linéaire de réseau...) : Dans certains cas, ils sont indiqués dans le barème de raccordement d'Enedis. Ils sont en général mis à jour annuellement. Plus d'informations sur ce sujet sont disponibles plus bas dans cette page.

Installations > 250 kVA et S3REnR

Le développement des énergies renouvelables nécessite de nouveaux investissements dans les réseaux électriques. Les Schémas Régionaux de Raccordement aux Réseaux des Énergies Renouvelables (S3REnR) permettent notamment de mutualiser ces nouveaux coûts entre producteurs d'énergies renouvelables et gestionnaires de réseaux. Si les S3REnR concernent l'ensemble des installations EnR raccordées aux réseaux, seules les installations de puissance supérieure à 250 kVA participent à la mutualisation des coûts via une quote-part.

Prestations annexes

Catalogue de prestations

En complément des coûts des ouvrages facturés, des prestations s'ajoutent au devis de raccordement. C'est le cas en particulier de la prestation de mise en service.

Les prestations réalisées par les gestionnaires de réseaux sont réparties en 4 catégories :

  • les prestations de base qui sont couvertes par le TURPE (et donc non facturées dans le cadre d'un devis de raccordement) ;
  • les prestations annexes réalisées sous le monopole des gestionnaires de réseaux telles que les mises en service, les modifications de puissance souscrite, etc, généralement facturées à l'acte. Les méthodologies utilisées pour établir le tarif de ces prestations sont fixées par la CRE ;
  • les prestations annexes réalisées par les gestionnaires de réseaux publics dans un contexte concurrentiel. Les prix de ces prestations sont librement fixés par les gestionnaires de réseaux et le producteur est libre de faire jouer la concurrence ;
  • les prestations de raccordement aux réseaux dont les tarifs sont régis par des dispositions législatives et réglementaires spécifiques.

L'ensemble des prestations sont référencées dans les catalogues de prestations du gestionnaire de réseau.

Qu'est-ce qui détermine le coût de raccordement ?

Le contribution due par l'utilisateur effectuant une demande de raccordement est déterminée par trois facteurs :

  • La solution technique proposée par le gestionnaire de réseau à la suite de l'étude de raccordement : Quels sont les travaux nécessaires au raccordement, notamment pour lever, si nécessaire, les contraintes réseaux générées par la nouvelle installation ?
  • Le coût unitaire des travaux : Quel est le coût d'un branchement ? D'un mètre linéaire de réseau ? D'un transformateur ? Est-il déterminé par un barème national ? Par devis ? Pour en savoir plus sur ces coûts unitaires, voir la page suivante "Installations ≤  250 kVA" .
  • Le périmètre de facturation : Quelle part des travaux est à la charge du producteur ? Quelle part à la charge du gestionnaire de réseau via le TURPE ? Pour en savoir plus sur le périmètre de facturation, voir les pages suivantes "Installations ≤  250 kVA" et "Installations > 250 kVA et S3REnR".
    • En fonction de leur localisation sur le réseau : Quels sont les ouvrages à la charge du producteur ? A la charge du gestionnaire de réseau ?
    • Sur le reste à charge du producteur : Pour les raccordements de puissance inférieure à 1 MVA, une décote de 40 % est appliquée au reste à charge. Cette décote — également appelée réfaction — décroit à partir de 1 MVA jusqu'à devenir nulle à 5 MVA. Elle est financée par le gestionnaire de réseau via le TURPE.

Le périmètre de facturation dépend de la puissance demandée. Les coûts unitaires des éléments composant les travaux sont généralement similaires dans toute la France, avec une légère distinction entre zones rurales et urbaines. Ils tendent à suivre un barème établit au niveau national — voir section « Grille tarifaire » de la page "Installations ≤  250 kVA" . Pour autant, les devis de raccordement peuvent varier d’un facteur 10 voire plus. En cas de devis élevé, le principal facteur déterminant est le plus souvent le choix de la solution technique de raccordement.

Opération de raccordement de référence (ORR)

Le gestionnaire de réseau doit proposer une opération de raccordement de référence (0RR) minimisant les coûts des travaux, tout en garantissant l’évacuation et l’alimentation en électricité. L'ORR doit par ailleurs emprunter un tracé techniquement et administrativement réalisable.

  • D'après l'article 1er de l'arrêté du 28/08/2007 fixant les principes de calcul de la contribution, une opération de raccordement de référence est :

    ...un ensemble de travaux sur le réseau public de distribution et, le cas échéant, sur les réseaux publics d'électricité auquel ce dernier est interconnecté :

    • (i) nécessaire et suffisant pour satisfaire l'évacuation ou l'alimentation en énergie électrique des installations du demandeur à la puissance de raccordement demandée ;
    • (ii) qui emprunte un tracé techniquement et administrativement réalisable, en conformité avec les dispositions du cahier des charges de la concession ou du règlement de service de la régie ;
    • (iii) et conforme au référentiel technique publié par le gestionnaire du réseau public de distribution.

    [...]

    ... représente l'opération de raccordement qui minimise la somme des coûts de réalisation des ouvrages de raccordement énumérés aux articles 1er et 2 du décret du 28/08/2007 susvisé, calculé à partir du barème mentionné à l'article 2.

Une opération différente de l'opération de raccordement de référence peut être proposée soit à la demande du gestionnaire de réseau, soit à la demande du producteur. Notons que dans ce cas, les surcoûts éventuels sont à la charge de celui qui en est à l'initiative.

Dernière Mise à jour : 22/06/2020

évaluation des contraintes nécessitant une extension du réseau

Le coût de raccordement dépend pour l'essentiel de la complexité technique du raccordement. Accessible depuis les Espaces Clients d'Enedis, le simulateur Tester mon raccordement ligne permet de connaître ce niveau potentiel de complexité technique pour les installations raccordées au réseau basse tension.

Trois niveaux de complexité sont à ce jour définis :

  • Raccordement simple : dans ce cas, un estimatif des coûts pour les puissances ≤ 36 kVA est affiché (€ TTC après application du taux de réfaction) ;
  • Prolongement du réseau : un niveau moyen de complexité — à ce stade, la longueur du prolongement du réseau, et donc le coût de raccordement, est approximative et sera affinée par une étude de raccordement ;
  • Étude complémentaire : un niveau élevé de complexité mais dans ce cas, il est possible de calculer la puissance maximale sans contrainte, pour obtenir un raccordement simple (étude paramétrique).

Si le projet est situé dans une zone éloignée du réseau existant ou contrainte, la création de réseau d'une infrastructure importante pourra être nécessaire et s'affichera alors comme résultat de la simulation.

Simulateur "Tester mon raccordement en ligne" pour les installations raccordées en Basse Tension©Enedis

Le simulateur propose deux modes de calcul :

  • Le mode "comparé" : pour comparer des variantes d'emplacement de point de livraison d'une seule installation ;
  • Le mode "simultané" : pour étudier l'impact du raccordement simultané d'un ensemble d'installations différentes au sein d'un projet (par exemple, des projets en grappes, des réalisations en achat groupé ou par un même producteur ayant divers projets sur une même zone).

La localisation du point de livraison (PDL) ou point de relevé de mesure (PRM) est importante : il est conseillé de fixer le point sur le compteur existant (en consommation) ou au plus près du réseau électrique.

Les simulations ne sont qu'indicatives : seule une offre de raccordement faisant suite à une demande complète de raccordement sera engageante.

 

Pour avoir accès au simulateur, il est nécessaire de se connecter à un Espace Client d'Enedis (onglet "Raccordement" puis "Simulation") :

Le simulateur n'est à ce jour pas accessible via le portail de dépôt des demandes de raccordement.

  • Foire aux questions sur le Simulateur de Raccordement Basse Tension d'Enedis
    • Quelle est la fonction du simulateur de raccordement BT ?

      Pour ses études techniques, Enedis utilise un outil afin de déterminer si l'insertion d'un nouveau projet génère ou non une contrainte sur le réseau : contrainte au niveau du transformateur, sous-tension sur le réseau en cas de raccordement en consommation, sur-tension en cas de production.

      Le simulateur BT utilise une version simplifiée de cet outil. Pour ce faire, il calcule une distance àvol d’oiseau entre le PDL et le point du réseau le plus proche. Il calcule également la distance entre le Point De Livraison (PDL) et le poste de distribution le plus proche suivant le linéaire du réseau existant.

      Avec ces 3 informations (contrainte, distance PDL/réseau, distance PDL/poste), Enedis génère une des 4 couleurs :

      • Branchement simple : pas de contrainte, distance PDL/réseau < 36 ou 48 mètres en fonction des cas ;
      • Prolongement de réseau : pas de contrainte, distance PDL/réseau > 36 ou 48 mètres en fonction des cas ;
      • Étude complémentaire : contrainte*, distance PDL/poste < 250 mètres ;
      • Création de réseau : contrainte, distance PDL/poste > 250 mètres.

      * Sauf exception : si plusieurs câbles passent au même endroit, le calculateur ne se prononce pas sur les possibilités de raccordement.

    • A quoi correspond la longueur de raccordement ?

      Il s’agit de la longueur à vol d’oiseau entre le point de livraison indiqué par l’utilisateur et le réseau basse tension le plus proche.

      Dans le cas d’un branchement simple, cette longueur est généralement inférieure à36 mètres, mais il est possible qu’elle soit plus importante en fonction de la distance entre le bâtiment et la limite de parcelle.

    • Pourquoi n’y a-t-il pas d’estimation des coûts lorsque le raccordement n’est pas en branchement simple ?

      Dans le cas du « Prolongement de réseau », la longueur est calculée à vol d’oiseau, c’est-a-dire de manière approximative dans la mesure où en réalité le tracé des réseaux suit souvent les limites du domaine public et peut donc être plus long. C’est pour cette raison qu’Enedis ne souhaite actuellement pas se baser sur cette longueur pour estimer le coût de raccordement.

      Dans les deux autres cas, «Étude complémentaire » et « Création de réseau », le calculateur a identifiéune contrainte sur le réseau. Le simulateur n’élabore pas de solution de raccordement, la recherche de cette dernière nécessitant l’intervention d’un agent, des calculs manuels, et éventuellement des visites de site. En conséquence, le chiffrage du raccordement ne peut pas être réalisé.

    • Pourquoi manque-t-il la fonctionnalité« Calcul de la puissance max sans contrainte » ?

      Si la fonctionnalité n’est pas disponible, c’est parce qu’une contrainte a été identifiée à l’état initial (c’est-à-dire sur le réseau avant l’arrivée du nouveau projet) qui nécessite une remise à niveau. Le producteur a droit à un réseau « propre », c’est-à-dire sans contrainte préalable, et n’est pas redevable en ce sens des travaux nécessaires à la résorption des contraintes pré-existantes.

      Dans ce cas, il faut contacter Enedis.

Périmètre de facturation

 

Périmètre de facturation pour une installation de production de puissance inférieure ou égale à 250 kVA

 

Quels sont les ouvrages à la la charge du producteur ?

L'article L342-1 du code de l'énergie et les décrets d'application définissent trois niveaux d'ouvrages de raccordement :

  • les ouvrages de branchement*, pris en charge à 60% par le producteur (taux de réfaction à 40%) : il s'agit de la liaison entre l'installation électrique du producteur et le réseau public de distribution d'électricité.
  • les ouvrages d'extension**, pris en charge à 60% par le producteur (taux de réfaction à 40%) : cette catégorie comprend les réseaux BT (basse tension) nouvellement créés, ou créés en remplacement du réseau existant. Elle comprend également les modifications ou créations de postes de transformation HTA/BT, ainsi que les lignes HTA (moyenne tension) nouvellement créées.
  • les ouvrages de renforcement**, pris en charge à 100% par le gestionnaire de réseau : entrent dans cette catégorie les ouvrages HTA (moyenne tension) créés en remplacement d'ouvrages existants.

* Le branchement est la liaison entre l'installation électrique du producteur et le réseau public de distribution d'électricité.
** Une extension et/ou un renforcement sont nécessaires lorsque le raccordement de l'installation photovoltaïque engendre une contrainte sur le réseau public de distribution d'électricité. Ces travaux sont nommés extension ou renforcement en fonction de la localisation des ouvrages et de la puissance de raccordement demandée.

Taux de réfaction

Pour les projets inférieurs à 250 kVA, les ouvrages affectés au périmètre du producteur sont pris en charge à 40 % par les gestionnaires de réseaux via le TURPE. Ce taux de 40 % est appelé réfaction, in fine, le producteur paie 60 % du coût des ouvrages affectés à son périmètre.

Coûts unitaire des travaux : Modes de calcul du bareme

Deux modes de calcul sont utilisés pour établir le montant des travaux associés à un raccordement :

  • Pour les cas les plus fréquents, une formule simplifiée : coût fixe + coût variable x longueur des ouvrages

Les coefficients « coût fixe » et « coût variable » de la formule simplifiée dépendent notamment de la puissance de raccordement et sont précisés dans le barème. Les coûts sont désormais basés non plus « à dire d'experts » mais sur les coûts constatés les années précédentes : une mise à jour des coûts est prévue chaque année.

  • Pour les autres cas, un chiffrage au cas par cas : coûts standards et/ou coûts unitaires d'ouvrage et/ou devis spécifiques

Si les installations inférieures à 36 kVA sont soumises à la formule simplifiée, ce n'est pas le cas de toutes les installations 36-100 kVA. En effet, pour les cas suivants, entre 36 et 100 kVA, les coûts sont fixés sur devis :

  • Cas du raccordement simultané d'une installation en production et d'une installation en consommation. Ex : Raccordement d'un bâtiment neuf avec une installation PV.
  • Cas d'un site avec une installation en consommation existante, sur lequel une installation en production est ajoutée par la même entité juridique que le titulaire du contrat en consommation. Ex : autoconsommation individuelle avec injection du surplus, ou vente totale avec même entité juridique titulaire des contrats consommation et production.

Grilles tarifaires et périmètres de facturation du barème d'Enedis

Raccordement d'une installation de production en basse tension sans consommation (chapitre 8 du barème de raccordement)

Coûts de branchements (hors réfaction) pour des raccordements ≤ 36 kVA en injection de la totalité ("branchement pur")

Zone Puissance de raccordement €HT* €TTC*
ZFA** monophasée≤6kVA 1041,00 1249,20
ZFA triphasée ≤ 36 kVA 1085,40 1302,48
ZFB** monophasée≤6kVA 1110,00 1332,00
ZFB triphasée≤36 kVA 1166,40

1399,68

*Les coûts ci-dessus sont présentés après réfaction, ils correspondent seulement à la contribution due par l'utilisateur et non le coût total des travaux.

**Les zones ZFA correspondent aux communes rurales, les ZFB aux communes urbaines. Plus d'informations sur cette distinctions sont disponibles sur reseaux.photovoltaique.info.

Les travaux de confection de niche et de maçonnerie pour l'encastrement du coffret (si scellé dans le mur ou en façade), de réalisation de tranchée pour le branchement et la mise en place du fourreau en domaine privé (cas pour les branchements de type 2) sont à la charge du demandeur (souvent réalisés par lui-même) et donc non inclus dans les coûts de branchement du devis.

 

Ajout d'une installation de production sur une installation de consommation existante en BT (chapitre 9 du barème de raccordement)

Grilles tarifaires des branchements pour un raccordement ≤ 36 kVA en injection de la totalité et en injection du surplus

Injection de la totalité avec un branchement (cas d'un branchement type 2 ) en consommation existant

 

Puissance de raccordement €HT* €TTC*
monophasée ≤ 6kVA 870 1044,00
triphasée ≤ 36 kVA 1008

1209,60

*Les coûts ci-dessus sont présentés après réfaction, ils correspondent seulement à la contribution due par l'utilisateur et non le coût total des travaux.

 

Injection du surplus avec un branchement en consommation existant
 

Branchement existant <36 kVA €HT €TTC
toute nature de branchement 0 0

Points de vigilance :

  • Il est supposé que le branchement existant est conforme à la norme NF C14-100, que les coffrets et panneaux peuvent être installés à côté des coffrets et panneaux existants pour la consommation et que les conditions de relevé des appareils de comptage peuvent être maintenues. Dans le cas contraire, les travaux nécessaires sont facturés sur devis.
  • Le cas d'un branchement consommateur en monophasé existant, avec ajout d'une production en triphasé, peut donner lieu à une facturation complémentaire et sur devis, afin de prendre en compte le passage de monophasé vers triphasé de la liaison en partie privative du demandeur, les compteurs et disjoncteurs.
  • Les travaux de confection de niche et de maçonnerie pour l'encastrement du coffret (si scellé dans le mur ou en façade), de réalisation de tranchée pour le branchement et la mise en place du fourreau en domaine privé sont à la charge du demandeur (souvent réalisés par lui).

 

Raccordement d'une installation de consommation et de production (chapitre 11 du barème de raccordement) :

Dans ce cas spécifique, l'étude de raccordement est effectuée en deux temps :

  1. Étude du raccordement de la consommation : le périmètre de facturation des consommateurs est appliqué selon les chapitres dédiés aux consommateurs du barème de raccordement ;
  2. Étude du raccordement de la consommation et de la production : le périmètre de facturation relatif aux producteurs est appliqué sur la différence de solution technique avec l'étude précédente.
Dernière Mise à jour : 22/06/2020
Article précédent Estimation des coûts de raccordement
Article suivant Installations > 250 kVA et S3REnR

Les installations photovoltaïques  (individuelles ou groupées*) de puissance supérieure à 250 kVA sont assujetties à la quote-part S3REnR.

*Des installations sont dites groupées si elles appartiennent à la même société (ou société liée), sont (ou seront) raccordées sur un même poste de distribution publique et si la somme de leurs puissances raccordées est supérieure à 250 kVA.

Périmètres de facturation des S3REnR

Ouvrages propres et quote-part

Périmètre de facturation dans le cadre d'un Schéma Régional de Raccordement au Réseau des Energies Renouvelables (S3REnR)Périmètre général de facturation aux producteurs des ouvrages propres et de la quote-part S3REnR

 

Le code de l'énergie et le décret relatif aux S3REnR définissent les périmètres de facturation :

  • les ouvrages propres, à la charge totale ou partielle du producteur (selon taux de réfaction)
  • les ouvrages créés dans le cadre du S3REnR, à la charge des producteurs via la quote-part
  • les ouvrages renforcés dans le cadre du S3REnR, à la charge totale des gestionnaires de réseaux

Les ouvrages considérés comme ouvrages propres et ceux faisant partie du périmètre de mutualisation du S3REnR sont précisés dans les "conditions de raccordement des installations de production EnR relevant d'un Schéma Régional de Raccordement au Réseau des Énergies Renouvelables" (référence Enedis-PRO-RES_65E) :

  • Périmètre des ouvrages propres

    Ce sont les ouvrages destinés à assurer le raccordement d'une installation de production aux ouvrages du S3REnR. Les ouvrages propres sont constitués par les ouvrages électriques nouvellement créés ou créés en remplacement d'ouvrages existants dans le domaine de tension de raccordement ainsi que par ceux créés au niveau de tension supérieur et situés à l'amont des bornes de sortie du disjoncteur équipant le point de raccordement d'un producteur au réseau public et à l'aval des ouvrages du S3REnR. Ils comprennent les ouvrages électriques suivants :

    • cellules départs HTA et leurs équipements de protection,
    • transformateurs HTA/HTA et leurs équipements de protection ainsi que le génie civil
    • canalisations électriques souterraines ou aériennes, HTA et BT,
    • postes HTA/BT : jeux de barres HTA, transformateurs HTA/BT, leurs équipements de protection, et tableaux BT ainsi que le génie civil,
    • les installations de comptage.
  • Périmètre des ouvrages du S3REnR

    Les ouvrages du SRRRER dont Enedis assure la maîtrise d'ouvrage comprennent les ouvrages électriques suivants à créer ou existants à renforcer :

    • transformateurs HTB/HTA, leurs équipements de protection,
    • jeux de barre HTA, ci après dénommés demi-rames, ainsi que les biens et aménagements nécessaires à la construction de ces ouvrages électriques, y compris le génie civil.

     

    Pour le chiffrage des coûts prévisionnels des créations de ces d'ouvrages, Enedis retient les familles d'ouvrages suivantes :

    • création d'une demi-rame dans un poste source existant,
    • création d'un transformateur dans un poste existant,
    • création d'un poste source neuf.

     

    Ces familles d'ouvrages étant définies de manière générique, leur coût prévisionnel intégré au SRRRER prend en compte les coûts des matériels, biens et aménagements nécessaires à la construction et au fonctionnement de ces ouvrages électriques, y compris le génie civil.

Taux de réfaction

Tous les projets de puissance inférieure à 5 MW bénéficient d'une prise en charge partielle des coûts de raccordement par les gestionnaires de réseaux. Cette prise en charge partielle, appelée taux de réfaction, est fixée de la manière suivante (pour un taux de réfaction à 40%, le producteur devra payer 60% du coût du raccordement):

Puissance de l'installation (P) Réfaction sur les ouvrages de branchement et d'extension (ou ouvrages propres dans le cadre du S3REnR) Réfaction sur la quote-part du S3REnR
100 kVA < P ≤ 500 kW 40 % 40 %
500 kW < P < 1 MW 40 % interpolation linéaire
P = 1 MW 40 % 20 %
1MW < P ≤ 3 MW interpolation linéaire Interpolation linéaire
3 MW < P < 5 MW interpolation linéaire Pas de réfaction
P ≥ 5 MW Pas de réfaction Pas de réfaction

Evaluation des capacités d'accueil des réseaux de transport et des postes sources

Capacités d'accueil pour le raccordement aux réseaux de transport et de distribution des installations de production d'électricité©RTE

Dans le cadre des Schémas Régionaux de Raccordement au Réseau des Energies Renouvelables (S3REnR), les capacités d'accueil réservées pour les énergies renouvelables sont connues grâce à l'outil en ligne "Capareseau" en cliquant sur l'ouvrage concerné (ouvrage du réseau de transport ou poste source).

Les capacités d'accueil publiées sont mises à disposition à titre indicatif par les gestionnaires de réseaux. Elles ne sont pas engageantes pour les gestionnaires et devront être confirmées lors du traitement de la demande de raccordement d'un producteur.

Montant des quotes-parts régionales

La quote-part est égale à la puissance de raccordement de l'installation de production multipliée par le quotient du coût des investissements des ouvrages à créer prévus dans le S3REnR  et divisée par la capacité globale d'accueil du S3REnR (ou par la capacité d'accueil du volet particulier concerné).

Les montants des quotes-parts actualisées sont disponibles sur le site internet Caparéseau .

Montant des quotes-parts régionales du S3REnR - transparence.pngMontant des quotes-parts régionales du S3REnR en €/kW. Source : hespul à partir des données capareseau.fr du 1er février 2020.

 

 

A noter que l'actualisation annuelle de la quote-part s'applique à toute offre de raccordement émise après le 31 janvier (et ce, même si la demande de raccordement est antérieure au 1er février). Par contre, en cas d'approbation d'un S3REnR, d'une adaptation ou d'une révision, la date faisant foi pour l'application de la nouvelle quote-part est celle de la demande de raccordement, comme précisé dans les articles D342-22 et suivants du code de l'énergie.

 

Dernière Mise à jour : 22/06/2020
Article précédent Installations ≤ 250 kVA
Article suivant Prestations annexes

Pour en savoir plus :

Dernière Mise à jour : 22/06/2020
Article précédent Installations > 250 kVA et S3REnR

Coûts de raccordement au réseau

Estimation des coûts de raccordement

Ordres de grandeur des Coûts de raccordement au réseau

Le coût de raccordement est très variable en fonction de l'emplacement et de la puissance des projets photovoltaïques. Pour les projets qui se réalisent, il est généralement compris entre 0 et 25 % de l'investissement total avec une moyenne aux alentours de 10 %. Les projets dont le coût de raccordement dépasse 25 % sont le plus souvent abandonnés.

Les devis de raccordement séparent les coûts liés au branchement de ceux liés à l'extension du réseau :

  • Le branchement est la liaison entre l'installation électrique du producteur et le réseau public de distribution d'électricité. Le coût payé par le producteur est généralement inférieur à 1 200 €HT, frais de matériel et de main-d'oeuvre compris (voir barème Enedis section 8.1.5.1). En dehors du cas de l'autoconsommation, pour lequel un branchement existant peut être utilisé, cet élément est toujours présent sur les devis.
  • L'extension du réseau n'est pas toujours incluse dans le devis, elle l'est lorsque l'étude de raccordement identifie une contrainte engendrée par l'installation photovoltaïque sur le réseau. Des travaux supplémentaires, que l'on nomme extension, sont alors nécessaires pour la lever. Une partie des coûts de ces travaux peut être facturée au producteur, ils peuvent s'avérer significatifs pour le porteur de projet.

A titre d'exemples, l'association Centrales Villageoises met à disposition les coûts de raccordement pour ses installations qui sont majoritairement localisées en milieu rural. Ils sont disponibles en section 7 de la rubrique "Chiffres clés" du site de l'association.

Ordre de grandeur de coûts selon les domaines de tension et la nature des travaux (après réfaction)

Tension de livraison Type de travaux Configuration simple Configuration complexe et/ou contrainte sur le réseau
<18 kVA (Basse Tension) Branchement 0 (vente du surplus) à environ 1 400 €TTC (vente de la totalité en branchement "pur") Même en configuration complexe, lorsqu'un branchement est nécessaire, le coût de cet élément reste aux alentours de 1 400 €TTC.
<18 kVA (Basse Tension) Extension 0 € (ils sont pris en charge par Enedis) Les coûts à la charge de l'usager peuvent devenir significatifs lorsque l'installation est localisée à plus de 250 m du poste HTA/BT (transformateur public) le plus proche, ou lorsqu'il n'y a pas de réseau existant.

18 kVA< Puissance <250 kVA (Basse tension) et

Puissance >250 kVA (Moyenne tension)

Branchement et extension ou

Ouvrages Propres

Il est difficile d'évaluer le coût de raccordement car il est possible, en fonction des cas de figure, que des travaux d'extension de réseau soient à prévoir. Par conséquent, les travaux peuvent être plus importants, engendrant un prix parfois déterminant pour la réalisation du projet. Deux outils sont mis à disposition pour évaluer les niveaux de contraintes ou les capacités d'accueil : Tester mon raccordement en ligne et Capareseau.

Qu'est-ce qui détermine le coût de raccordement ?

Le contribution due par l'utilisateur effectuant une demande de raccordement est déterminée par trois facteurs :

  • La solution technique proposée par le gestionnaire de réseau à la suite de l'étude de raccordement : Quels sont les travaux nécessaires au raccordement, notamment pour lever, si nécessaire, les contraintes réseaux générées par la nouvelle installation ?
  • Le coût unitaire des travaux : Quel est le coût d'un branchement ? D'un mètre linéaire de réseau ? D'un transformateur ? Est-il déterminé par un barème national ? Par devis ? Pour en savoir plus sur ces coûts unitaires, voir la page suivante "Installations ≤  250 kVA" .
  • Le périmètre de facturation : Quelle part des travaux est à la charge du producteur ? Quelle part à la charge du gestionnaire de réseau via le TURPE ? Pour en savoir plus sur le périmètre de facturation, voir les pages suivantes "Installations ≤  250 kVA" et "Installations > 250 kVA et S3REnR".
    • En fonction de leur localisation sur le réseau : Quels sont les ouvrages à la charge du producteur ? A la charge du gestionnaire de réseau ?
    • Sur le reste à charge du producteur : Pour les raccordements de puissance inférieure à 1 MVA, une décote de 40 % est appliquée au reste à charge. Cette décote — également appelée réfaction — décroit à partir de 1 MVA jusqu'à devenir nulle à 5 MVA. Elle est financée par le gestionnaire de réseau via le TURPE.

Le périmètre de facturation dépend de la puissance demandée. Les coûts unitaires des éléments composant les travaux sont généralement similaires dans toute la France, avec une légère distinction entre zones rurales et urbaines. Ils tendent à suivre un barème établit au niveau national — voir section « Grille tarifaire » de la page "Installations ≤  250 kVA" . Pour autant, les devis de raccordement peuvent varier d’un facteur 10 voire plus. En cas de devis élevé, le principal facteur déterminant est le plus souvent le choix de la solution technique de raccordement.

Opération de raccordement de référence (ORR)

Le gestionnaire de réseau doit proposer une opération de raccordement de référence (0RR) minimisant les coûts des travaux, tout en garantissant l’évacuation et l’alimentation en électricité. L'ORR doit par ailleurs emprunter un tracé techniquement et administrativement réalisable.

  • D'après l'article 1er de l'arrêté du 28/08/2007 fixant les principes de calcul de la contribution, une opération de raccordement de référence est :

    ...un ensemble de travaux sur le réseau public de distribution et, le cas échéant, sur les réseaux publics d'électricité auquel ce dernier est interconnecté :

    • (i) nécessaire et suffisant pour satisfaire l'évacuation ou l'alimentation en énergie électrique des installations du demandeur à la puissance de raccordement demandée ;
    • (ii) qui emprunte un tracé techniquement et administrativement réalisable, en conformité avec les dispositions du cahier des charges de la concession ou du règlement de service de la régie ;
    • (iii) et conforme au référentiel technique publié par le gestionnaire du réseau public de distribution.

    [...]

    ... représente l'opération de raccordement qui minimise la somme des coûts de réalisation des ouvrages de raccordement énumérés aux articles 1er et 2 du décret du 28/08/2007 susvisé, calculé à partir du barème mentionné à l'article 2.

Une opération différente de l'opération de raccordement de référence peut être proposée soit à la demande du gestionnaire de réseau, soit à la demande du producteur. Notons que dans ce cas, les surcoûts éventuels sont à la charge de celui qui en est à l'initiative.

Installations ≤ 250 kVA

Les coûts de raccordement peuvent difficilement être estimés, y compris pour les projets photovoltaïques de puissance inférieure à 250 kVA. Quelques règles permettent toutefois de diminuer la zone d'incertitude. A noter que dans tous les cas, seule l'étude de raccordement de votre gestionnaire de réseau peut vous fournir un coût ferme.

  1. Lorsque la demande de raccordement est inférieure ou égale à 18 kVA. Le coût de raccordement est compris entre 0 (autoconsommation) et 1 400 €TTC (vente totale) si les conditions ci-dessous sont respectées :
    • Un réseau électrique basse tension existe à proximité : le bâtiment est déjà raccordé au réseau, ou adjacent à une rue qui est alimentée en électricité.
    • L'entité titulaire du contrat de soutirage est la même que celle réalisant la demande de raccordement producteur.
    • Le point de raccordement est distant de moins de 250 m du poste de transformation HTA-BT le plus proche en linéaire réseau. Pour les utilisateurs localisés sur le périmètre d'enedis, la carte des réseaux électriques est disponible sur l'open data.
  2. Lorsque la demande de raccordement ne respecte pas les conditions ci-dessus, le coût de raccordement est plus difficile à estimer.  Les utilisateurs peuvent toutefois diminuer l'incertitude en utilisant le "Simulateur de raccordement" décrit plus bas dans cette page.

Comprendre son devis

Solution technique proposée : Votre gestionnaire de réseau doit vous proposer une offre de raccordement répondant aux critères de l'Offre de Raccordement de Référence (ORR). Pour cela, il réalise une étude électrique permettant de déterminer si la nouvelle installation engendre ou non une contrainte sur le réseau. Si tel est le cas, il indique également les travaux nécessaires pour la lever.

Périmètre de facturation : L'utilisateur ne paie pas la totalité du coût des travaux de raccordement, une partie de ceux-ci sont du ressort du gestionnaire de réseau. Plus d'informations sur ce périmètre sont disponibles plus bas dans cette page.

Coûts unitaires des travaux (coût d'un branchement, d'un mètre linéaire de réseau...) : Dans certains cas, ils sont indiqués dans le barème de raccordement d'Enedis. Ils sont en général mis à jour annuellement. Plus d'informations sur ce sujet sont disponibles plus bas dans cette page.

évaluation des contraintes nécessitant une extension du réseau

Le coût de raccordement dépend pour l'essentiel de la complexité technique du raccordement. Accessible depuis les Espaces Clients d'Enedis, le simulateur Tester mon raccordement ligne permet de connaître ce niveau potentiel de complexité technique pour les installations raccordées au réseau basse tension.

Trois niveaux de complexité sont à ce jour définis :

  • Raccordement simple : dans ce cas, un estimatif des coûts pour les puissances ≤ 36 kVA est affiché (€ TTC après application du taux de réfaction) ;
  • Prolongement du réseau : un niveau moyen de complexité — à ce stade, la longueur du prolongement du réseau, et donc le coût de raccordement, est approximative et sera affinée par une étude de raccordement ;
  • Étude complémentaire : un niveau élevé de complexité mais dans ce cas, il est possible de calculer la puissance maximale sans contrainte, pour obtenir un raccordement simple (étude paramétrique).

Si le projet est situé dans une zone éloignée du réseau existant ou contrainte, la création de réseau d'une infrastructure importante pourra être nécessaire et s'affichera alors comme résultat de la simulation.

Simulateur "Tester mon raccordement en ligne" pour les installations raccordées en Basse Tension©Enedis

Le simulateur propose deux modes de calcul :

  • Le mode "comparé" : pour comparer des variantes d'emplacement de point de livraison d'une seule installation ;
  • Le mode "simultané" : pour étudier l'impact du raccordement simultané d'un ensemble d'installations différentes au sein d'un projet (par exemple, des projets en grappes, des réalisations en achat groupé ou par un même producteur ayant divers projets sur une même zone).

La localisation du point de livraison (PDL) ou point de relevé de mesure (PRM) est importante : il est conseillé de fixer le point sur le compteur existant (en consommation) ou au plus près du réseau électrique.

Les simulations ne sont qu'indicatives : seule une offre de raccordement faisant suite à une demande complète de raccordement sera engageante.

 

Pour avoir accès au simulateur, il est nécessaire de se connecter à un Espace Client d'Enedis (onglet "Raccordement" puis "Simulation") :

Le simulateur n'est à ce jour pas accessible via le portail de dépôt des demandes de raccordement.

  • Foire aux questions sur le Simulateur de Raccordement Basse Tension d'Enedis
    • Quelle est la fonction du simulateur de raccordement BT ?

      Pour ses études techniques, Enedis utilise un outil afin de déterminer si l'insertion d'un nouveau projet génère ou non une contrainte sur le réseau : contrainte au niveau du transformateur, sous-tension sur le réseau en cas de raccordement en consommation, sur-tension en cas de production.

      Le simulateur BT utilise une version simplifiée de cet outil. Pour ce faire, il calcule une distance àvol d’oiseau entre le PDL et le point du réseau le plus proche. Il calcule également la distance entre le Point De Livraison (PDL) et le poste de distribution le plus proche suivant le linéaire du réseau existant.

      Avec ces 3 informations (contrainte, distance PDL/réseau, distance PDL/poste), Enedis génère une des 4 couleurs :

      • Branchement simple : pas de contrainte, distance PDL/réseau < 36 ou 48 mètres en fonction des cas ;
      • Prolongement de réseau : pas de contrainte, distance PDL/réseau > 36 ou 48 mètres en fonction des cas ;
      • Étude complémentaire : contrainte*, distance PDL/poste < 250 mètres ;
      • Création de réseau : contrainte, distance PDL/poste > 250 mètres.

      * Sauf exception : si plusieurs câbles passent au même endroit, le calculateur ne se prononce pas sur les possibilités de raccordement.

    • A quoi correspond la longueur de raccordement ?

      Il s’agit de la longueur à vol d’oiseau entre le point de livraison indiqué par l’utilisateur et le réseau basse tension le plus proche.

      Dans le cas d’un branchement simple, cette longueur est généralement inférieure à36 mètres, mais il est possible qu’elle soit plus importante en fonction de la distance entre le bâtiment et la limite de parcelle.

    • Pourquoi n’y a-t-il pas d’estimation des coûts lorsque le raccordement n’est pas en branchement simple ?

      Dans le cas du « Prolongement de réseau », la longueur est calculée à vol d’oiseau, c’est-a-dire de manière approximative dans la mesure où en réalité le tracé des réseaux suit souvent les limites du domaine public et peut donc être plus long. C’est pour cette raison qu’Enedis ne souhaite actuellement pas se baser sur cette longueur pour estimer le coût de raccordement.

      Dans les deux autres cas, «Étude complémentaire » et « Création de réseau », le calculateur a identifiéune contrainte sur le réseau. Le simulateur n’élabore pas de solution de raccordement, la recherche de cette dernière nécessitant l’intervention d’un agent, des calculs manuels, et éventuellement des visites de site. En conséquence, le chiffrage du raccordement ne peut pas être réalisé.

    • Pourquoi manque-t-il la fonctionnalité« Calcul de la puissance max sans contrainte » ?

      Si la fonctionnalité n’est pas disponible, c’est parce qu’une contrainte a été identifiée à l’état initial (c’est-à-dire sur le réseau avant l’arrivée du nouveau projet) qui nécessite une remise à niveau. Le producteur a droit à un réseau « propre », c’est-à-dire sans contrainte préalable, et n’est pas redevable en ce sens des travaux nécessaires à la résorption des contraintes pré-existantes.

      Dans ce cas, il faut contacter Enedis.

Périmètre de facturation

 

Périmètre de facturation pour une installation de production de puissance inférieure ou égale à 250 kVA

 

Quels sont les ouvrages à la la charge du producteur ?

L'article L342-1 du code de l'énergie et les décrets d'application définissent trois niveaux d'ouvrages de raccordement :

  • les ouvrages de branchement*, pris en charge à 60% par le producteur (taux de réfaction à 40%) : il s'agit de la liaison entre l'installation électrique du producteur et le réseau public de distribution d'électricité.
  • les ouvrages d'extension**, pris en charge à 60% par le producteur (taux de réfaction à 40%) : cette catégorie comprend les réseaux BT (basse tension) nouvellement créés, ou créés en remplacement du réseau existant. Elle comprend également les modifications ou créations de postes de transformation HTA/BT, ainsi que les lignes HTA (moyenne tension) nouvellement créées.
  • les ouvrages de renforcement**, pris en charge à 100% par le gestionnaire de réseau : entrent dans cette catégorie les ouvrages HTA (moyenne tension) créés en remplacement d'ouvrages existants.

* Le branchement est la liaison entre l'installation électrique du producteur et le réseau public de distribution d'électricité.
** Une extension et/ou un renforcement sont nécessaires lorsque le raccordement de l'installation photovoltaïque engendre une contrainte sur le réseau public de distribution d'électricité. Ces travaux sont nommés extension ou renforcement en fonction de la localisation des ouvrages et de la puissance de raccordement demandée.

Taux de réfaction

Pour les projets inférieurs à 250 kVA, les ouvrages affectés au périmètre du producteur sont pris en charge à 40 % par les gestionnaires de réseaux via le TURPE. Ce taux de 40 % est appelé réfaction, in fine, le producteur paie 60 % du coût des ouvrages affectés à son périmètre.

Coûts unitaire des travaux : Modes de calcul du bareme

Deux modes de calcul sont utilisés pour établir le montant des travaux associés à un raccordement :

  • Pour les cas les plus fréquents, une formule simplifiée : coût fixe + coût variable x longueur des ouvrages

Les coefficients « coût fixe » et « coût variable » de la formule simplifiée dépendent notamment de la puissance de raccordement et sont précisés dans le barème. Les coûts sont désormais basés non plus « à dire d'experts » mais sur les coûts constatés les années précédentes : une mise à jour des coûts est prévue chaque année.

  • Pour les autres cas, un chiffrage au cas par cas : coûts standards et/ou coûts unitaires d'ouvrage et/ou devis spécifiques

Si les installations inférieures à 36 kVA sont soumises à la formule simplifiée, ce n'est pas le cas de toutes les installations 36-100 kVA. En effet, pour les cas suivants, entre 36 et 100 kVA, les coûts sont fixés sur devis :

  • Cas du raccordement simultané d'une installation en production et d'une installation en consommation. Ex : Raccordement d'un bâtiment neuf avec une installation PV.
  • Cas d'un site avec une installation en consommation existante, sur lequel une installation en production est ajoutée par la même entité juridique que le titulaire du contrat en consommation. Ex : autoconsommation individuelle avec injection du surplus, ou vente totale avec même entité juridique titulaire des contrats consommation et production.

Grilles tarifaires et périmètres de facturation du barème d'Enedis

Raccordement d'une installation de production en basse tension sans consommation (chapitre 8 du barème de raccordement)

Coûts de branchements (hors réfaction) pour des raccordements ≤ 36 kVA en injection de la totalité ("branchement pur")

Zone Puissance de raccordement €HT* €TTC*
ZFA** monophasée≤6kVA 1041,00 1249,20
ZFA triphasée ≤ 36 kVA 1085,40 1302,48
ZFB** monophasée≤6kVA 1110,00 1332,00
ZFB triphasée≤36 kVA 1166,40

1399,68

*Les coûts ci-dessus sont présentés après réfaction, ils correspondent seulement à la contribution due par l'utilisateur et non le coût total des travaux.

**Les zones ZFA correspondent aux communes rurales, les ZFB aux communes urbaines. Plus d'informations sur cette distinctions sont disponibles sur reseaux.photovoltaique.info.

Les travaux de confection de niche et de maçonnerie pour l'encastrement du coffret (si scellé dans le mur ou en façade), de réalisation de tranchée pour le branchement et la mise en place du fourreau en domaine privé (cas pour les branchements de type 2) sont à la charge du demandeur (souvent réalisés par lui-même) et donc non inclus dans les coûts de branchement du devis.

 

Ajout d'une installation de production sur une installation de consommation existante en BT (chapitre 9 du barème de raccordement)

Grilles tarifaires des branchements pour un raccordement ≤ 36 kVA en injection de la totalité et en injection du surplus

Injection de la totalité avec un branchement (cas d'un branchement type 2 ) en consommation existant

 

Puissance de raccordement €HT* €TTC*
monophasée ≤ 6kVA 870 1044,00
triphasée ≤ 36 kVA 1008

1209,60

*Les coûts ci-dessus sont présentés après réfaction, ils correspondent seulement à la contribution due par l'utilisateur et non le coût total des travaux.

 

Injection du surplus avec un branchement en consommation existant
 

Branchement existant <36 kVA €HT €TTC
toute nature de branchement 0 0

Points de vigilance :

  • Il est supposé que le branchement existant est conforme à la norme NF C14-100, que les coffrets et panneaux peuvent être installés à côté des coffrets et panneaux existants pour la consommation et que les conditions de relevé des appareils de comptage peuvent être maintenues. Dans le cas contraire, les travaux nécessaires sont facturés sur devis.
  • Le cas d'un branchement consommateur en monophasé existant, avec ajout d'une production en triphasé, peut donner lieu à une facturation complémentaire et sur devis, afin de prendre en compte le passage de monophasé vers triphasé de la liaison en partie privative du demandeur, les compteurs et disjoncteurs.
  • Les travaux de confection de niche et de maçonnerie pour l'encastrement du coffret (si scellé dans le mur ou en façade), de réalisation de tranchée pour le branchement et la mise en place du fourreau en domaine privé sont à la charge du demandeur (souvent réalisés par lui).

 

Raccordement d'une installation de consommation et de production (chapitre 11 du barème de raccordement) :

Dans ce cas spécifique, l'étude de raccordement est effectuée en deux temps :

  1. Étude du raccordement de la consommation : le périmètre de facturation des consommateurs est appliqué selon les chapitres dédiés aux consommateurs du barème de raccordement ;
  2. Étude du raccordement de la consommation et de la production : le périmètre de facturation relatif aux producteurs est appliqué sur la différence de solution technique avec l'étude précédente.
Article précédent Estimation des coûts de raccordement
Article suivant Installations > 250 kVA et S3REnR

Installations > 250 kVA et S3REnR

Le développement des énergies renouvelables nécessite de nouveaux investissements dans les réseaux électriques. Les Schémas Régionaux de Raccordement aux Réseaux des Énergies Renouvelables (S3REnR) permettent notamment de mutualiser ces nouveaux coûts entre producteurs d'énergies renouvelables et gestionnaires de réseaux. Si les S3REnR concernent l'ensemble des installations EnR raccordées aux réseaux, seules les installations de puissance supérieure à 250 kVA participent à la mutualisation des coûts via une quote-part.

Les installations photovoltaïques  (individuelles ou groupées*) de puissance supérieure à 250 kVA sont assujetties à la quote-part S3REnR.

*Des installations sont dites groupées si elles appartiennent à la même société (ou société liée), sont (ou seront) raccordées sur un même poste de distribution publique et si la somme de leurs puissances raccordées est supérieure à 250 kVA.

Périmètres de facturation des S3REnR

Ouvrages propres et quote-part

Périmètre de facturation dans le cadre d'un Schéma Régional de Raccordement au Réseau des Energies Renouvelables (S3REnR)Périmètre général de facturation aux producteurs des ouvrages propres et de la quote-part S3REnR

 

Le code de l'énergie et le décret relatif aux S3REnR définissent les périmètres de facturation :

  • les ouvrages propres, à la charge totale ou partielle du producteur (selon taux de réfaction)
  • les ouvrages créés dans le cadre du S3REnR, à la charge des producteurs via la quote-part
  • les ouvrages renforcés dans le cadre du S3REnR, à la charge totale des gestionnaires de réseaux

Les ouvrages considérés comme ouvrages propres et ceux faisant partie du périmètre de mutualisation du S3REnR sont précisés dans les "conditions de raccordement des installations de production EnR relevant d'un Schéma Régional de Raccordement au Réseau des Énergies Renouvelables" (référence Enedis-PRO-RES_65E) :

  • Périmètre des ouvrages propres

    Ce sont les ouvrages destinés à assurer le raccordement d'une installation de production aux ouvrages du S3REnR. Les ouvrages propres sont constitués par les ouvrages électriques nouvellement créés ou créés en remplacement d'ouvrages existants dans le domaine de tension de raccordement ainsi que par ceux créés au niveau de tension supérieur et situés à l'amont des bornes de sortie du disjoncteur équipant le point de raccordement d'un producteur au réseau public et à l'aval des ouvrages du S3REnR. Ils comprennent les ouvrages électriques suivants :

    • cellules départs HTA et leurs équipements de protection,
    • transformateurs HTA/HTA et leurs équipements de protection ainsi que le génie civil
    • canalisations électriques souterraines ou aériennes, HTA et BT,
    • postes HTA/BT : jeux de barres HTA, transformateurs HTA/BT, leurs équipements de protection, et tableaux BT ainsi que le génie civil,
    • les installations de comptage.
  • Périmètre des ouvrages du S3REnR

    Les ouvrages du SRRRER dont Enedis assure la maîtrise d'ouvrage comprennent les ouvrages électriques suivants à créer ou existants à renforcer :

    • transformateurs HTB/HTA, leurs équipements de protection,
    • jeux de barre HTA, ci après dénommés demi-rames, ainsi que les biens et aménagements nécessaires à la construction de ces ouvrages électriques, y compris le génie civil.

     

    Pour le chiffrage des coûts prévisionnels des créations de ces d'ouvrages, Enedis retient les familles d'ouvrages suivantes :

    • création d'une demi-rame dans un poste source existant,
    • création d'un transformateur dans un poste existant,
    • création d'un poste source neuf.

     

    Ces familles d'ouvrages étant définies de manière générique, leur coût prévisionnel intégré au SRRRER prend en compte les coûts des matériels, biens et aménagements nécessaires à la construction et au fonctionnement de ces ouvrages électriques, y compris le génie civil.

Taux de réfaction

Tous les projets de puissance inférieure à 5 MW bénéficient d'une prise en charge partielle des coûts de raccordement par les gestionnaires de réseaux. Cette prise en charge partielle, appelée taux de réfaction, est fixée de la manière suivante (pour un taux de réfaction à 40%, le producteur devra payer 60% du coût du raccordement):

Puissance de l'installation (P) Réfaction sur les ouvrages de branchement et d'extension (ou ouvrages propres dans le cadre du S3REnR) Réfaction sur la quote-part du S3REnR
100 kVA < P ≤ 500 kW 40 % 40 %
500 kW < P < 1 MW 40 % interpolation linéaire
P = 1 MW 40 % 20 %
1MW < P ≤ 3 MW interpolation linéaire Interpolation linéaire
3 MW < P < 5 MW interpolation linéaire Pas de réfaction
P ≥ 5 MW Pas de réfaction Pas de réfaction

Evaluation des capacités d'accueil des réseaux de transport et des postes sources

Capacités d'accueil pour le raccordement aux réseaux de transport et de distribution des installations de production d'électricité©RTE

Dans le cadre des Schémas Régionaux de Raccordement au Réseau des Energies Renouvelables (S3REnR), les capacités d'accueil réservées pour les énergies renouvelables sont connues grâce à l'outil en ligne "Capareseau" en cliquant sur l'ouvrage concerné (ouvrage du réseau de transport ou poste source).

Les capacités d'accueil publiées sont mises à disposition à titre indicatif par les gestionnaires de réseaux. Elles ne sont pas engageantes pour les gestionnaires et devront être confirmées lors du traitement de la demande de raccordement d'un producteur.

Montant des quotes-parts régionales

La quote-part est égale à la puissance de raccordement de l'installation de production multipliée par le quotient du coût des investissements des ouvrages à créer prévus dans le S3REnR  et divisée par la capacité globale d'accueil du S3REnR (ou par la capacité d'accueil du volet particulier concerné).

Les montants des quotes-parts actualisées sont disponibles sur le site internet Caparéseau .

Montant des quotes-parts régionales du S3REnR - transparence.pngMontant des quotes-parts régionales du S3REnR en €/kW. Source : hespul à partir des données capareseau.fr du 1er février 2020.

 

 

A noter que l'actualisation annuelle de la quote-part s'applique à toute offre de raccordement émise après le 31 janvier (et ce, même si la demande de raccordement est antérieure au 1er février). Par contre, en cas d'approbation d'un S3REnR, d'une adaptation ou d'une révision, la date faisant foi pour l'application de la nouvelle quote-part est celle de la demande de raccordement, comme précisé dans les articles D342-22 et suivants du code de l'énergie.

 

Article précédent Installations ≤ 250 kVA
Article suivant Prestations annexes

Prestations annexes

Catalogue de prestations

En complément des coûts des ouvrages facturés, des prestations s'ajoutent au devis de raccordement. C'est le cas en particulier de la prestation de mise en service.

Les prestations réalisées par les gestionnaires de réseaux sont réparties en 4 catégories :

  • les prestations de base qui sont couvertes par le TURPE (et donc non facturées dans le cadre d'un devis de raccordement) ;
  • les prestations annexes réalisées sous le monopole des gestionnaires de réseaux telles que les mises en service, les modifications de puissance souscrite, etc, généralement facturées à l'acte. Les méthodologies utilisées pour établir le tarif de ces prestations sont fixées par la CRE ;
  • les prestations annexes réalisées par les gestionnaires de réseaux publics dans un contexte concurrentiel. Les prix de ces prestations sont librement fixés par les gestionnaires de réseaux et le producteur est libre de faire jouer la concurrence ;
  • les prestations de raccordement aux réseaux dont les tarifs sont régis par des dispositions législatives et réglementaires spécifiques.

L'ensemble des prestations sont référencées dans les catalogues de prestations du gestionnaire de réseau.

Pour en savoir plus :

Article précédent Installations > 250 kVA et S3REnR
Dernière Mise à jour : 22/06/2020

Publications

Barème de raccordement, catalogue de prestations et procédure relative aux S3REnR d'Enedis (lien externe) consulter

A voir également

Chapitre | Réaliser une installation
Raccordement
Chapitre | Intégrer les EnR aux réseaux
Conception des devis en basse tension